Fier membre de

Partenaires

Banque Scotia
Évolution physio
Chevrolet 440
Gravure Précision
Mtero Depatie
Freddo
B2B2C
Robert Vallée
Complexe Guimond
St Hubert
Ville de Laval
Rousseau Sports
Grafitech
Guimond Construction
co-operators
Resto Prolongation

Premier contrat professionnel pour Jimmy Huntington avec le Lightning

 

Le hockey lavallois, Jimmy Huntington, a paraphé une entente de trois ans à deux volets avec l’organisation du Lightning de Tampa Bay dans la Ligue nationale de hockey (LNH) au mois de mars dernier.

Le joueur de centre de l’Océanic de Rimouski de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) a notamment attiré l’attention de l’état-major de la formation floridienne. D’ailleurs, le directeur général, Julien Brisebois, s’est déplacé en personne pour le connaître davantage face au Drakkar de Baie-Comeau.

«Plusieurs équipes étaient intéressées à me faire signer un contrat, stipule l’attaquant qui a joué son hockey mineur à Saint-François. J’ai opté pour le Lightning pour plusieurs raisons. Je ne dévoilerai pas les autres équipes, question de respect. La présence en personne du directeur général a penché dans la balance tout comme le fait que de nombreux Québécois sont présents dans l’entourage de cette organisation de grande classe.»

Un appel du grand patron

Jimmy s’est dit surpris de recevoir un appel du directeur général dans le temps des Fêtes. «Il m’a dit qu’il prendrait l’avion pour venir me voir jouer deux parties contre Baie-Comeau, raconte-t-il avec étonnement. Je ne le croyais pas. Habituellement, le directeur général ne se déplace pas. Il envoie d’autres membres du personnel hockey. Cela a démontré le grand intérêt du Lightning envers moi.»

Le hockeyeur de Saint-François se souvient qu’il n’était pas nerveux de la présence de M. Brisebois dans les gradins lors de ces deux rencontres. «Je pense que mon entraîneur Serge Beausoleil était beaucoup plus nerveux que moi. Je n’ai fait que mon travail sur la glace.»

En terrain connu

Jimmy Huntington vient de disputer sa dernière année chez les juniors avec l’Océanic de Rimouski. Il aimerait bien percer l’alignement du Crunch de Syracuse dans la Ligue américaine de hockey (LAH), club-école de la bande à Steven Stamkos. Lorsqu’il se présentera au camp des recrues dans deux mois, il ne sera pas en terrain inconnu puisque Tampa Bay compte sur plusieurs produits de la LHJMQ: Alex Barré-Boulet, Gabriel Fortier, Dennis Yan, Peter Abbandonato (Laval) ainsi que Benoît Groulx, l’entraîneur-chef du club-école dans la LAH. C’est sans oublier les Nikita Kucherov, Yanni Gourde, Ondrej Palat, Cédric Paquette, Danick Martel et Adam Erne qui ont tous évolué au sein du circuit Courteau avant d’atteindre la LNH.

Un produit lavallois

Après avoir donné ses premiers coups de patin à l’aréna Saint-François, Jimmy a porté les couleurs des équipes deux lettres dans les catégories pee-wee et bantam avant de se tailler un poste avec le midget espoirs et midget AAA.

Il conserve d’excellents souvenirs de son hockey mineur à Laval, notamment des entraîneurs Donald Forte et Michel Barrette. «Ils m’ont aidé à devenir un meilleur joueur. Le déclic s’est fait avec Normand Mantha. Ce dernier m’a permis d’atteindre ce haut niveau grâce à ses conseils pour les entraînements hors glace et au niveau de la préparation psychologique.»

Carrière junior de cinq ans

Au terme de son hockey mineur, Huntington a pris le chemin d’Acadie-Bathurst où le Titan l’avait repêché. Il a été échangé aux Tigres de Victoriaville où il a passé trois campagnes avant de terminer sa carrière junior à Rimouski avec le jeune prodige Alexis Lafrenière.

L’athlète de 20 ans a d’ailleurs connu sa meilleure saison en 2018-19 avec ses 40 buts, 52 passes, 91 points en 66 parties. «Je ne m’en cache pas, Alexis a sans doute aidé à ce que je signe ce premier contrat professionnel. J’ai connu beaucoup de succès en jouant avec lui», avoue-t-il.

Ne pas brûler les étapes

Jimmy croit que son excellent coup de patin, son sens du jeu et son leadership ont forcé la main à quelques équipes à s’intéresser à lui. Il sait qu’il devra améliorer certains aspects de son jeu, notamment son lancer. Toutefois, il n’a pas l’intention de brûler les étapes et n’a aucune attente pour le prochain camp d’entraînement. «Je veux simplement jouer au hockey et donner le meilleur de moi-même», termine sagement Jimmy Huntington.

Sylvain Lamarre

Directeur des communications Hockey Laval

communications@hockeylaval.com

438 407-6691

 

Social

Classement